| Publié le 4 décembre 2018

Apprendre à accéder à votre savoir affectif

Apprendre à accéder à votre savoir affectif

4 min de lecture Entre ce que vous savez, et ce que vous ressentez, il existe parfois un abîme. Vous savez bien que vous devriez mettre un terme aux relations nocives. Tout comme vous savez que les gens ne se détourneront pas de vous si vous leur dites « non » de temps en temps. Mais le ressentez-vous également ? En cherchant à combler l’abîme entre votre tête et votre cœur, vous en retirerez un profond sentiment de soulagement et avancerez plus serein sur le chemin de la vie. Voici trois manières d'accéder à votre savoir affectif.

1. ÉCOUTEZ VOTRE CORPS

Le scan corporel est un exercice de pleine conscience qui vous apprend à diriger sciemment votre attention sur quelque chose de précis et à identifier les moments où vous êtes distrait. Il vous aide à ressentir vos pensées et vos sentiments, après quoi ils disparaissent naturellement.

Commencez par vous allonger confortablement. Pendant cet exercice, essayez de ne rien faire, mais de vivre tout simplement ce moment avec une attention bienveillante et ouverte. Dirigez votre attention vers votre respiration. N’intervenez pas – remarquez simplement comment vous inspirez et expirez. Ne jugez pas, ressentez uniquement ce qui se passe, sans aucune forme de contrainte. Déplacez ensuite toute votre attention vers votre pied gauche. Que ressentez-vous ? Élargissez votre attention à toute votre jambe, dirigez en quelque sorte votre respiration vers elle. Puis détachez-vous-en et dirigez votre attention vers votre pied droit. Faites de même pour le reste de votre corps, sans rien changer. Soyez simplement dans le moment présent, sentez successivement votre dos, vos bras, vos épaules, votre tête. Puis portez à nouveau votre attention avec bienveillance et sans jugement sur vos pensées et émotions. Sentez ce qui provoque des tensions, laissez-les venir sans lutter, puis laissez-les repartir.

Exemple :
Vous vous sentez coupable parce que votre enfant est harcelé à l’école. D’un point de vue rationnel, vous savez que vous n’êtes pas à blâmer, mais vous ne pouvez pas vous empêcher d’avoir ce sentiment. Commencez le scan corporel et éprouvez les sensations dans vos pieds et vos jambes, au niveau de vos lombaires et de votre ventre, dans votre poitrine et vos épaules, vos bras et vos mains, votre cou, votre visage et votre tête. Essayez de sentir exactement où le sentiment de culpabilité s’est niché. Peut-être sentez-vous une sorte de boule à l’estomac, un pincement dans la poitrine ou des tensions dans les épaules. Ressentez le désagrément provoqué par la douleur, en faisant preuve d’une grande bienveillance envers vous-même. Reconnaissez-le et vivez-le, mais sans contraintes. Vous verrez que ce sera tout d’abord douloureux, mais que vous vous sentirez ensuite soulagé.

2. ÉCRIVEZ-VOUS UNE LETTRE

Cette technique vous aidera à abandonner et à guérir les problèmes et schémas qui sont apparus dans votre enfance. Écrivez une lettre de l’adulte que vous êtes aujourd’hui à la petite fille ou au petit garçon que vous étiez. Cela peut être une courte note ou une longue épître, pour autant qu’en écrivant vous reviviez en profondeur la douleur éprouvée autrefois. Prenez l’enfant que vous étiez par la main et expliquez-lui que vous comprenez comment il se sent. Écrivez avec exactitude ce que vous auriez dû ou voulu entendre en tant qu’enfant,
ce dont vous aviez alors besoin pour pouvoir assimiler les émotions négatives. La façon dont vous pouvez réconforter et aider ce “petit moi”, c’est vous qui le savez le mieux.

Pour vous détacher entièrement des émotions de votre enfance, vous pouvez vous lire la lettre à voix haute, par exemple devant un miroir. Plus souvent vous le ferez, plus les prises de conscience que vous avez décrites s’ancreront en vous.

3.  RÉFUTEZ LES ANCIENS MESSAGES

Cet exercice vous aide à bâillonner les voix intérieures critiques – telles que « je ne suis pas assez bien ». Souvent, elles proviennent de messages qui vous ont été transmis autrefois – par vos parents, un professeur ou une autre personne critique de votre entourage. En inventoriant ces anciens messages, en les examinant à la loupe, puis en les réfutant à l’aide d’arguments opposés, vous corrigerez les pensées négatives que vous avez sur vous-même. Plus vous le ferez, plus il vous sera facile de penser à vous en termes positifs – jusqu’à ce que cela devienne un automatisme.

 

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis !
Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Newsletter

Restez au courant des nouvelles parutions de
Psychologie Positive