| Publié le 18 mai 2019

Cinq choses à savoir sur les jumeaux

Cinq choses à savoir sur les jumeaux

2 min de lecture Les jumeaux ! Vaste sujet. Où s'arrête l'un et où commence l'autre ? Pour les jumeaux monozygotes, difficile de répondre à cette question ! Le chemin d'un jumeau pour trouver sa propre identité peut être long. Dans notre dernier numéro, nous avons regroupé une série de témoignages. En attendant, voici cinq faits que vous ignoriez peut-être à propos des jumeaux.

• Environ 33 % d’entre eux sont monozygotes, c’est-à-dire qu’ils proviennent d’un seul ovule fécondé. La fréquence des accouchements gémellaires a connu une hausse spectaculaire depuis les années 1970. (Insee, Association Jumeaux et plus.)

• Comme les jumeaux monozygotes ont le même matériel génétique, les recherches dont ils font l’objet peuvent nous en apprendre beaucoup sur l’émergence des maladies. C’est ainsi que les chercheurs ont découvert que, dans 79% des cas, la schizophrénie a des sources génétiques. (R. Hilker et collègues, “Heritability of schizophrenia and schizophrenia spectrum based on the nationwide Danish Twin Register”, Biological Psychiatry, 2018.)

• La personnalité est déterminée à 50% environ par les gènes. Les jumeaux monozygotes partagent donc la moitié de leurs caractéristiques. Chez les jumeaux dizygotes (les faux jumeaux), ce taux descend à environ 20%. (N. Segal, “Twins reared together and apart: the science behind the fascination”, American Philosophical Society, 2017.)

• Lors d’une première rencontre, 80% des jumeaux qui grandissent loin l’un de l’autre, par exemple dans le cas d’une adoption, ressentent immédiatement un lien plus fort que celui éprouvé envers un ami intime. (N. Segal et collègues, “Meeting one’s twin: perceived social closeness and familiarity”, Evolutionary Psychology, 2003.)

• On suppose que les jumeaux monozygotes ont le même cheminement de pensée. Lors d’un exercice de dessin, on a demandé à des jumeaux de dessiner un objet. Résultat : le frère jumeau ou la soeur jumelle devinait avec une exactitude surprenante l’objet que son frère ou sa soeur avait choisi. (S. Blackmore et collègues, “ESP and thought concordance in twins…”, Journal of the Society for Physical Research, 1993.)

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis !
Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Newsletter

Restez au courant des nouvelles parutions de
Psychologie Positive