Émotions

La signification des émoticônes dans différents pays

Google avait annoncé qu’il modifiait son emoji salade : l’œuf a été retiré, de sorte que les végétaliens puissent désormais profiter de la salade Google. À la fin de l’année 2017, Google a modifié tous ses emojis de hamburgers à la suite d’un tollé : les concepteurs avaient pensé au fromage sous le hamburger, et non sur le dessus, et ce n’est pas ainsi que les gens mangent leurs hamburgers, selon le consensus qui s’est dégagé en ligne. Sundar Pichai, chef de Google, a annoncé dans un tweet accompagné d’un smiley qu’il libérait son emploi du temps jusqu’à ce que le problème soit résolu.

Les emojis sont l’espéranto de notre époque. Le monde entier utilise les caractères électroniques, tout le monde les comprend, et le monde entier doit donc aussi se reconnaître dans le langage visuel du clavier. La pop star Miley Cyrus a tweeté en 2012 qu’elle pensait qu’il fallait mettre à jour les emojis en fonction de l’origine ethnique, afin qu’il n’y ait plus exclusivement des emojis à la peau blanche. Après avoir été acclamés, Apple et Unicode, l’organisation qui gère les claviers numériques, ont répondu à l’appel de Cyrus. Des emojis avec foulard et turban ont également fait leur apparition, et la gamme de nourriture, qui au départ se composait principalement de sushis et de miso puisque les emojis sont d’origine japonaise, a été élargie pour inclure des tacos et des frites, et de la laitue en d’autres termes. Outre les coutumes japonaises typiques, un symbolisme religieux plus international a également été incorporé au clavier, comme un chapelet de prières et un emoji Kaäba.

Lilian Stolk, experte autoproclamée en emoji, a écrit le livre The Without Words sur les origines et l’utilisation de l’emoji. Nous l’associons principalement au smiley jaune, créé dans les années 1960 pour une compagnie d’assurance qui souhaitait remonter le moral de son personnel après une fusion et qui avait fait concevoir le smiley à cette fin. Le graphiste en question a mis dix minutes et a gagné 45 dollars. Stolk explique comment, au cours des décennies suivantes, le smiley a été adopté comme symbole de bien-être par les pacifistes et les hippies, avant de devenir le symbole de l’acid house dans les années 1990. Elle a lancé une enquête en ligne pour demander aux gens ce qu’ils pensent que les emoji suivants signifient. L’illustration ci-dessus montre que presque tout le monde pense que l’emoji pleure de bonheur. Quelques-uns pensent que les “larmes de joie” représentent une émotion triste.

Dans les années 1980, sur le précurseur de l’internet, ARPANET, l’émoticône est devenue populaire. Un informaticien, Scott Fahlman, pensait qu’il était utile de préciser quand il plaisantait dans ses messages instantanés, lorsque l’expression de son visage était invisible pour le destinataire, et il a introduit le 🙂 à cette fin. Le mot émoticône est une contraction d’émotion et d’icône.

Enfin, à la fin des années 1990, les premiers emojis ont été développés au Japon, principalement comme symboles pour les prévisions météorologiques. Les expressions faciales et les cœurs ont rapidement été ajoutés pour éviter les malentendus dans les nouvelles communications SMS de 160 caractères. Les Japonais attachent de l’importance au contexte et aux formalités, et l’immédiateté de la communication numérique, concise, pouvait être quelque peu habillée par des emojis (caractères d’image en japonais, de sorte que la parenté avec l’émotion et les émoticônes est une coïncidence).

😪 Il a l’air malade ou enrhumé. Mais un Japonais sait tout de suite qu’il est ici question d’un visage endormi. Son nom officiel est aussi sleepy face. « Les mangas, les bandes dessinées japonaises, ont ce que l’on appelle une grammaire des gouttes, explique Lilian Stolk. Une goutte sur le front est par exemple synonyme de sueur due à un effort physique ou au stress. Dans les mangas, les personnes qui dorment ont une goutte au nez. Les Japonais trouvent ça attendrissant. »

Délicieusement vague

Dans son livre original et bien écrit, qu’elle a également illustré elle-même, Mme Stolk raconte comment Hillary Clinton s’est aliénée de jeunes électeurs potentiels en appelant sur Twitter, en 2015, à décrire leur mécontentement face à l’endettement des étudiants en trois émojis. Les étudiants ont estimé qu’ils n’étaient pas du tout pris au sérieux et qu’une question aussi complexe que la dette étudiante ne pouvait être réduite à des émojis.

Cela montre l’ambivalence de l’utilisation et de la lecture de ces symboles. Les adolescents disent, selon Stolk, qu’ils peuvent mieux s’exprimer en emojis qu’en mots, précisément parce que les emojis sont moins précis que les mots. Les messages imagés sont moins engageants que les messages écrits. Selon Stolk, cela s’explique en partie par le fait que les emojis reflètent plus facilement les sentiments, alors que l’alphabet est plus lié à la logique, et qu’après tout, nous vivons dans un monde émotionnel. Pourtant, les emojis ont un impact sur la réalité : en 2015, une jeune fille de 12 ans a été poursuivie en justice pour avoir menacé son école sur Instagram avec des emojis représentant une arme à feu, une bombe et un couteau.Le caca est un symbole de bonheur au Japon. En japonais, le mot “caca” a la même consonance que le mot “bonheur”, d’où l’image de l’étron souriant.

Lire  Je me sens seule, vide : sentiment de solitude et de vide intérieur

Cette imprécision et la rapidité avec laquelle les emojis sont communiqués font que les puristes de la langue n’y voient qu’une dégradation lorsqu’ils lisent un message truffé d’emojis. Mme Stolk parle de ” fast-foodisation” de notre langue. Elle écrit : “Notre langue écrite est entrée dans l’ère du fast-food ; l’usage est rapide, international et efficace. Nos messages sont courts, pleins d’abréviations et de mots anglais, et après les avoir tapés, nous appuyons immédiatement sur “envoyer”, sans les relire Comme la nourriture, la mode et la technologie, la langue devient plus uniforme, plus rapide à échanger et plus facile à remplacer. Un compte rendu de vacances sera simplifié par un emoji représentant une île et des lunettes de soleil, une lettre d’amour sera succinctement contenue dans trois cœurs, il ne sera plus nécessaire d’utiliser de mots pour cela et tout le monde en comprendra plus ou moins le sens. Ce n’est pas très privé.

Wittgenstein aurait aimé les emoji

Fait remarquable, en 1938, dans une série de conférences sur le langage et l’esthétique, Ludwig Wittgenstein a imaginé que, s’il était un bon dessinateur, il remplacerait ses adjectifs par des visages ronds avec expression, dont la position des yeux, des sourcils et de la bouche serait infiniment plus nuancée que son vocabulaire limité. Wittgenstein disait : “Si nous voulons être précis, nous utilisons un geste ou une expression faciale”

Les créateurs japonais des emoji ont eux aussi imaginé que ces petits symboles nuanceraient la communication numérique. La différence entre les expressions faciales infiniment variées dont parle Wittgenstein et les emojis, c’est bien sûr que le clavier emoji offre un nombre limité de possibilités et que les visages jaunes n’ont pas d’expressions très subtiles. De plus, il y a beaucoup plus d’emojis joyeux et ringards que d’emojis sérieux, dubitatifs ou sombres, ce qui ne correspondra pas tout à fait à l’humeur moyenne. Même le tas de caca sourit, mais c’est parce qu’au Japon, l’emoji caca représente le bonheur (le mot japonais pour caca a la même consonance que le mot pour bonheur).En raison de la goutte sur le front, les Japonais savent qu’il s’agit de sueur. L’emoji peut désigner des choses telles que la peur, l’embarras ou la confusion.

La communication dans les refuges

Les emojis ne sont donc ni précis ni personnels, mais universels. Dans les centres d’accueil pour réfugiés de Lesbos, ils sont utilisés pour la communication entre les demandeurs d’asile et les travailleurs humanitaires. Par exemple, les brochures d’information sont disponibles en images emoji. Dans une conversation Whatsapp entre un bénévole et une personne qui avait besoin de chaussures, l’émoji chaussure a été utilisé-39.

Lorsque le langage, et le langage visuel, voyage dans le monde entier en un rien de temps, il n’est pas surprenant qu’un langage simple et attrayant comme celui de l’emoji ait été si rapidement adopté par tout le monde. En plus d’être le langage de l’ère de la restauration rapide, c’est aussi le langage d’un monde globalisé, où les frontières des pays, les décalages horaires et les barrières linguistiques n’ont pas d’importance.

Mais le fait que les emojis soient une sorte de nouvel espéranto a aussi un inconvénient, tout comme le monde globalisé dans lequel les caractères sont envoyés : les particularités se perdent. La langue de chacun doit être accessible, compréhensible et utilisable par tous, et n’exprime pas de préférences personnelles.

Cela signifie que tout le monde est condamné à la même salade Google, sans œuf.