Psychologie Positive n°37

S'épanouir

La réalisation de soi est l’une des grandes idées-forces de notre temps. Notre nouveau Graal. Certains diraient notre drogue.
Pourtant, derrière les fantasmes et les stéréotypes du développement personnel – parfois ironisé, souvent mal jugé –, la possibilité de l’épanouissement se rêve ensemble : même en pleine pandémie, il est sur toutes les lèvres, il est dans tous les cœurs ; il est une force agissante et un levier pour toutes les sociétés.
Car le personnel n’exclut pas le collectif, tout comme le travail que l’on fait pour soi en dedans n’annihile aucunement ce qui se joue au-dehors, et en dehors de nous.
De même que « l’homme n’est pas séparé de la nature« , comme le rappelle si justement Boris Cyrulnik dans l’entretien qu’il nous a accordé à l’occasion de la sortie de son dernier
ouvrage, Des âmes et des saisons, l’épanouissement n’est pas complètement possible sans les autres.
Alors, halte aux binarités, aux oppositions stériles et aux carcans limitatifs ! C’est d’ailleurs ce que nous racontent ces femmes sexuellement fluides, peu désireuses de mettre des mots sur un désir protéiforme et qui mue sur la durée. La fluidité sexuelle nous enseigne que l’orientation sexuelle n’est pas statique dans le temps, que rien n’est figé. Qu’elle nous permette de remettre du mouvement dans nos aspirations, de reconsidérer nos rapports à l’humain et à l’environnement, et de faire tomber les barrières : entre soi et les autres, entre soi et la nature, entre soi et l’altérité en général. C’est le vœu de l’expert en psycho-écologie et en résilience qu’est Boris Cyrulnik, à qui je laisse le mot du… début :   « Une étoile du berger nous indique cependant la nouvelle direction, vers l’unité de la Terre et du monde vivant. »

Nadège Baheux, rédactrice en chef

Newsletter

Restez au courant des nouvelles parutions de
Psychologie Positive