Actualités

Le mal des transports ? C’est votre cerveau qui vous trompe !

Exploration du mal des transports : Une révélation surprenante

Le mal des transports, cette affection qui touche un grand nombre d’entre nous, se traduit par des sensations désagréables – nausées, vertiges – lors des déplacements en voiture, bateau ou avion. Longtemps considéré comme le résultat de déséquilibres sensoriels, un nouveau regard nous est offert par une recherche parue dans la revue PNAS.

Quand les signaux se confrontent

Notre système vestibulaire, blotti dans l’oreille interne, tient un rôle essentiel dans notre façon de percevoir le mouvement. Lorsqu’un désaccord survient entre ce que nos yeux voient et ce que notre corps ressent, comparé à nos mémorisations d’expériences antérieures, le mal des transports peut s’inviter dans notre voyage. Ce conflit déclenche alors une série de réactions physiologiques telles que la pâleur et la sueur froide, pouvant aller jusqu’aux nausées.

Les artisans de notre inconfort : Des neurones spécifiques

Le voile se lève sur une trouvaille fascinante : des chercheurs ont identifié dans les noyaux vestibulaires de notre cerveau, des neurones exprimant une protéine nommée cholecystokinine (CCK), qui s’activent lors d’épisodes entraînant le mal des transports. Ces neurones communiquent avec le noyau parabrachial, une zone cérébrale dédiée au traitement des sensations de malaise.

Vers une perspective curative ?

L’étude nous apprend que neutraliser ces neurones CCK au moyen d’antagonistes des récepteurs CCK-A diminue de manière significative les symptômes du mal des transports. Cette découverte laisse entrevoir une nouvelle direction thérapeutique : cibler cette voie pourrait se révéler une stratégie prometteuse. L’activation expérimentale de ces mêmes neurones a par ailleurs réussi à reproduire les symptômes, confortant leur rôle prépondérant dans ce mécanisme corporel.

Lire  Théorie : L'ordre de naissance façonne vos relations amoureuses.

Comprendre en profondeur les fondements cérébraux du mal des transports nous ouvre la porte vers des solutions plus adaptées et performantes, une nouvelle qui suscite, à juste titre, espoir et curiosité.