Actualités

“Nettoyage suédois de la mort” : révolutionnez votre ménage de printemps.

À la découverte du “Swedish Death Cleaning” : Une philosophie du rangement

Avez-vous déjà entendu parler du “Swedish Death Cleaning” ? Cette approche, de plus en plus populaire sur les réseaux sociaux, donne une toute nouvelle dimension à l’idée du rangement. Elle nous interpelle avec une idée pour le moins originale : ranger notre demeure comme si notre fin était imminente. Imaginée par Margareta Magnusson, une auteure suédoise, cette méthode est présentée dans son ouvrage “The Gentle Art of Swedish Death Cleaning: How to Free Yourself and Your Family from a Lifetime of Clutter” ou, dans notre langue, “L’art subtil du nettoyage de la mort suédois : comment vous libérer vous et votre entourage d’une vie entière de désordre.”

Magnusson s’inspire de sa propre vie, marquée par la perte de proches et la nécessité de trier leurs affaires, pour proposer une méthode de désencombrement radical. Il s’agit de ne retenir qu’uniquement les objets dotés d’une vraie signification. Une démarche minimaliste, certes, mais qui promet une libération émotionnelle importante. Margareta Magnusson souligne que le “Nettoyage suédois de la mort” pourrait significativement réduire notre stress et nous mener vers une vie plus sereine, en mettant un terme au chaos matériel source d’épuisement mental.

L’auteure va plus loin en présentant le “Nettoyage de la mort” non seulement comme une méthode de rangement, mais aussi comme une philosophie de vie, voire de fin de vie. Selon elle, entreprendre cette démarche revient à adopter une nouvelle perspective sur l’existence. Ainsi, choisir de vivre plus simplement, délesté du superflu, permettrait de concentrer notre attention sur l’essentiel : les rapports humains.

Lire  3 indices révélateurs du manque de respect de votre partenaire

En outre, Magnusson estime que cette manière de désencombrer nos vies est aussi une préparation douce à notre inévitable départ. Se séparer des objets non indispensables nous confronte à l’essentiel de notre existence et nous pousse à valoriser ce qui compte réellement. L’objectif est de ne conserver que les biens les plus symboliques, ceux qui évoquent des moments de bonheur ou qui ont une réelle signification pour nous. C’est aussi, d’après l’autrice, une forme de générosité envers nos proches, en les épargnant de la lourde tâche de trier nos affaires dans un moment de chagrin.

Margareta Magnusson voit donc le “Swedish Death Cleaning” comme une démarche enrichissante et apaisante, qui non seulement prépare nos proches à notre départ mais nous aide également à vivre une existence plus équilibrée et focalisée sur ce qui est véritablement précieux. Un héritage de sagesse qui, loin d’être morose, s’avère être une célébration de la vie et de l’humain.