Actualités

7 astuces neurologiques pour sauvegarder votre mémoire

À mesure que l’âge progresse, la peur de voir notre mémoire s’affaiblir s’installe progressivement. Toutefois, comme le précise le Dr Richard Restak, neuroscientifique, neurologue et enseignant à l’université George Washington, cette détérioration n’est pas une fatalité, d’après ses déclarations au NewYork Times.

Le Dr Restak partage plusieurs méthodes testées et approuvées pour renforcer la mémoire et contrer les effets du vieillissement sur celle-ci. Il en présente sept principales.

1. Concentration accrue

Le manque de souvenir vient souvent d’un manque d’attention, annonce Dr Restak. Il suggère de s’investir pleinement lors de l’apprentissage de nouvelles informations, par exemple en visualisant mentalement les noms pour favoriser le rappel ultérieur.

2. Défiez votre mémoire quotidiennement

L’action de mémoriser une liste d’achats puis de tenter de la réciter de mémoire peut stimuler et renforcer votre mémoire de travail. Des pratiques simples comme celle-ci encouragent le maintien des fonctions cognitives.

3. Privilégiez les jeux de mémoire

Pratiquer des jeux tels que le bridge, les échecs, ou encore le jeu des 20 questions, se révèle bénéfique pour la mémoire. Ces jeux incitent à activer la rétention et la manipulation d’informations de manière active.

4. Lisez davantage de littérature

La lecture de romans implique une interaction soutenue avec le texte et stimule constamment le cerveau ainsi que la capacité à se remémorer différents éléments de l’histoire, ce qui est essentiel pour garder une mémoire vive.

5. Attention à la technologie

Une utilisation excessive des gadgets technologiques peut compromettre notre aptitude à retenir les informations. Dr Restak alerte sur le phénomène de “distorsion technologique”, illustré par le recours systématique à nos appareils pour conserver des données, ce qui peut à long terme, affaiblir notre mémoire.

Lire  9 clés pour déchiffrer les ados!

6. N’hésitez pas à consulter

Les troubles de l’humeur tels que la dépression peuvent sévèrement affecter les capacités mémorielles, en particulier en limitant le rappel de souvenirs positifs. Une prise en charge adéquate de ces troubles émotionnels peut souvent permettre de rétablir les facultés de mémorisation.

7. Évaluer le degré d’inquiétude

Il convient de ne pas s’alarmer pour chaque oubli. Par exemple, oublier l’emplacement de stationnement de sa voiture est courant; ne pas se souvenir du trajet effectué pour atteindre le parking indique, cependant, une situation potentiellement plus sérieuse en termes de troubles de la mémoire.