Actualités

Ce sentiment clé derrière vos fringales.

Quand la solitude pousse à la fringale : une exploration de nos émotions

Nous connaissons tous ces moments où, portés par une vague d’émotion, nous nous tournons vers une douceur sucrée ou une tentation salée pour apaiser notre tumulte intérieur. Cette tendance à “manger nos émotions” est bien plus qu’une simple expression. Elle révèle une facette profondément humaine de notre rapport à la nourriture, comme le souligne Jérémy Gorskie, diététicien et influenceur sous le pseudo @menthe_banane. Pour lui, trouver du réconfort dans l’alimentation en réponse à nos états d’âme est une réaction tout à fait naturelle.

La solitude, une faim du cœur qui influence nos choix alimentaires

Une étude récente parue dans JAMA Network Open s’est penchée sur cet acte instinctif de combler nos vides émotionnels par la nourriture, en se concentrant spécifiquement sur le lien entre solitude et fringales. À travers l’observation de 93 participantes, entre septembre 2021 et février 2023, les chercheurs ont exploré divers aspects tels que la condition physique, la qualité de l’alimentation, mais aussi l’état psychologique et social, sans oublier le sentiment d’isolement. Grâce à l’imagerie par résonance magnétique, ils ont scruté l’activité cérébrale des participants devant des images d’aliments, découvrant que les femmes se sentant davantage seules montraient une réaction cérébrale plus intense face aux tentations caloriques, liant ainsi la solitude aux fringales.

Les ramifications psychologiques de la fringale

Ces observations mettent en évidence un lien indéniable entre l’état mental et nos comportements alimentaires. La solitude ne se manifeste pas seulement par un creux dans l’estomac ; elle influence notre cerveau de manière à accentuer notre désir pour des aliments réconfortants mais souvent peu nutritifs. Ce phénomène souligne une sorte de cercle vicieux entre santé mentale et alimentation : plus les fringales prennent le dessus, plus elles peuvent nourrir, en retour, des sentiments tels que l’anxiété ou la dépression. Xiaobei Zhang, l’un des chercheurs de cette étude, rappelle combien cette spirale peut s’avérer difficile à briser, soulignant l’importance de prendre en compte les émotions dans notre rapport à la nourriture.

Lire  Ce signe prédit le divorce