Actualités

Les plus affectés par la solitude.

La solitude, une réalité aux multiples facettes

Affronter la solitude n’est pas une mince affaire. Ce sentiment profondément humain, aux conséquences parfois dévastatrices, révèle une complexité que les chercheurs tentent d’élucider. Une récente enquête, publiée dans la revue American Psychologist et initiée par The Conversation, met en lumière l’ampleur de ce fléau, particulièrement prégnant chez les Américains d’âge moyen par rapport à leurs homologues européens.

Les conclusions sont alarmantes : les taux de mortalité en hausse chez les adultes aux États-Unis semblent être en corrélation avec les niveaux de solitude élevés.

Une épreuve transgénérationnelle

La solitude ne choisit pas ses victimes en fonction de leur génération. De la génération silencieuse, née entre 1937 et 1945, aux baby-boomers et jusqu’aux membres de la génération X, ce phénomène universel ne cesse de s’étendre, affectant aussi bien les continents américains qu’européens, bien que les pays nordiques semblent plus épargnés grâce à leurs faibles taux de solitude.

Une étude d’envergure a permis de dresser ce tableau comparatif, reposant sur les témoignages de plus de “53 000 adultes d’âge moyen” des deux côtés de l’Atlantique, sur une période s’étalant de 2002 à 2020, selon les données collectées par StudyFinds.

La solitude : un risque pour la santé à ne pas sous-estimer

Le 23 janvier 2024, à l’occasion de la journée mondiale des solitudes, l’Organisation mondiale de la Santé a renforcé son alerte sur les dangers inhérents à la solitude. Avec onze millions de Français touchés, ce qui représente 20% de la population de plus de quinze ans, le signal est clair. Les répercussions sont multiples et particulièrement préoccupantes chez les jeunes adultes, entre 18 et 24 ans, où les manifestations de la solitude vont des pleurs aux troubles du sommeil, en passant par l’anxiété, la dépression et même des pensées suicidaires.

Lire  Les règles revisitées de l'attraction

Combattre la solitude : des pistes de réflexion

La lutte contre ce fléau n’est pas vaine. De nombreuses associations se dédient à cette cause, proposant des événements et des groupes de parole pour tisser des liens sociaux solides. Parallèlement, les activités en plein air, le sport ou encore les ateliers créatifs constituent d’excellents moyens de briser l’isolement. Mais avant tout, il est essentiel d’apprendre la bienveillance envers soi-même et d’oser parler de sa solitude. Ce pas peut conduire à la recherche d’une aide professionnelle, à l’image d’un accompagnement psychologique.