Brisez vos habitudes

Brisez vos habitudes

11 min de lecture Nous réalisons 40 % de nos activités quotidiennes en pilotage automatique. Si cette méthode a ses avantages, briser certaines habitudes peut se révéler extrêmement bénéfique. Et si vous commenciez cet été ?

Cinq exercices antiroutine

1. AYEZ UNE VUE D’ENSEMBLE

Perception
À mesure que nous grandissons et que nos responsabilités s’accumulent, il devient de plus en plus difficile d’octroyer à chaque occupation toute l’attention qu’elle mérite. Ces “microtâches” ne sont pas vraiment gratifiantes et nous avons en permanence l’impression de courir d’une tâche à une autre et de ne jamais pouvoir réellement apprécier le fait d’avoir terminé quelque chose. Nous perdons également très vite de vue l’essentiel et nous nous déconnectons du monde qui nous entoure.

Action
Matériel et ressources : un(e) ami(e) proche ou un compagnon de voyage, quatre grandes feuilles de papier et quelques feutres de couleur. Prenez dix minutes pour réaliser un dessin de ce qui s’est passé cette année ; couchez simplement sur le papier ce qui vous passe par la tête. Quelques gribouillis sont parfois suffisants pour représenter l’essentiel. Dessinez ensuite, sur une autre feuille, vos attentes pour le reste de l’année, ou même pour 2019. Prenez le temps et ne vous interdisez aucun fantasme. Demandez maintenant à votre ami(e) de faire la même chose. Ce n’est pas un concours, faites-le pour le plaisir. Passez maintenant à la partie la plus importante : prenez le temps d’expliquer vos dessins du passé et de l’avenir à votre ami(e),
et écoutez attentivement ses explications. Savourez l’intensité  du contact qui naît entre vous tandis que vous vous écoutez et que vous apprenez à mieux vous connaître et à vous comprendre.

Récompense
Selon Chris Baréz-Brown, le dessin nous aide à toucher le cœur de nos émotions. En répétant régulièrement cet exercice, vous obtiendrez une bien meilleure image de votre situation actuelle et de là où vous aimeriez arriver. « Cet exercice nous en dit long sur la qualité de notre vie. La plupart d’entre nous dessinent comment ils voudraient être, pas ce qu’ils voudraient avoir. En ayant cela à l’esprit, vous serez plus conscient de la façon dont vous voulez vivre. »

 2. VIVEZ AVEC 5 EUROS PAR JOUR

Perception
Dans les régions industrialisées, plus de la moitié des aliments produits sont gaspillés, perdus ou jetés, soit environ 300 millions de tonnes par an. Ceci dépasse la production alimentaire totale de l’Afrique subsaharienne, et suffirait à nourrir 870 millions de personnes affamées dans le monde.
Selon Chris Baréz-Brown, « nous avons conscience de cela, mais apprécions-nous réellement notre confort de vie ? Pendant plusieurs jours, vous devrez vous creuser la tête pour ne pas dépasser un budget quotidien de 5 euros. Quels sont les achats nécessaires, lesquels sont superflus ? »

Action
À partir d’aujourd’hui, nous allons vivre avec 5 euros par personne. Naturellement, il n’est pas possible d’inclure dans ce budget les coûts d’un emprunt, du gaz et de l’électricité ou encore du transport. Ces 5 euros sont destinés à vos achats de nourriture et de boissons, de loisirs et de soins personnels.
Cela vous demandera un minimum de planification, mais ce sera justement l’occasion de revoir vos priorités. Peut-être déciderez-vous de vous rendre à une réunion en marchant plutôt que de prendre la voiture ou les transports en commun. S’il est prévu que des amis vous rendent visite, vous pouvez réduire les coûts en leur demandant d’apporter une bouteille de vin. Comment faire un maximum avec un minimum d’argent ? Certains y arriveront aisément. Si c’est votre cas, essayez de tenir une semaine complète…

Récompense
5 euros par jour. Ce n’est peut-être pas grand-chose, mais pour beaucoup de gens, c’est une fortune. En nous obligeant à réduire nos dépenses, nous en apprenons davantage sur ce dont nous avons réellement besoin ou non. Nous apprécions également bien mieux la valeur de tout ce que nous avons déjà. Nous nous regardons plus consciemment, nous et notre mode de vie. Pour certains, le réveil peut être douloureux, mais cela peut aussi être une expérience extrêmement libératrice.

3. DITES SIMPLEMENT « OUI »

Perception
Nos habitudes nous permettent de prendre chaque jour d’innombrables décisions sans même y réfléchir. Mais nous risquons alors de dire automatiquement « non » lorsqu’une belle occasion se présente.

Action
Cette semaine, dites chaque jour « oui » à quelque chose que vous auriez normalement refusé. Cela peut être très simple, comme un déjeuner avec des collègues que vous ne fréquentez pas habituellement. Ne passez pas devant le cinéma comme vous le faites généralement, mais poussez la porte et offrez-vous une séance de midi. Ou dites « oui » au regard suppliant de votre enfant qui aimerait encore faire du badminton après le dîner, même si vous êtes fatigué. Le plus efficace est de dire « oui » aux choses qui suscitent en vous une forte réaction. Cette réaction peut être de nature diverse : excitation, étonnement, nervosité ou même révolte.

Récompense
Vous vous ouvrez à de nouvelles expériences que vous vivrez en outre de manière bien plus consciente et éveillée. Il est toujours plus facile de dire « non » que « oui ». Le « oui » requiert une ouverture, une disposition à partager, alors qu’avec un « non » tout reste tel quel. « Oui » comporte une dose
de risque, à l’inverse du « non ». Un petit « oui » par jour est parfois amplement suffisant pour nous réveiller et nous aider à mieux saisir les occasions qui se présentent.

 4. DITES AUSSI « NON »

Perception
Pour être maîtres de notre vie, il faut aussi apprendre à dire « non ». Notre temps et notre attention nous sont en permanence “confisqués”, et si nous n’apprenons pas à gérer tout cela, nous risquons de perdre pied. Il est humain de vouloir aider les autres, cela nous procure un sentiment agréable, mais nous ne pouvons être véritablement là pour l’autre que si nous savons comment prendre soin de nous. Le pilote automatique raffole du stress et de la pression, il aime que tout aille vite. Une vie trépidante ne laisse que peu de place à la conscience et nous devons dès lors apprendre à dire « non ». Souvent, nous ne nous sentons pas à l’aise parce que nous avons quand même dit « oui » à des choses que nous ne voulions pas faire. Cela peut sembler paradoxal. En disant « oui », vous pensez faire preuve de sollicitude pour autrui, mais si vous ne le pensez pas réellement, cela produira l’effet inverse.

Action
Cette semaine, dites chaque jour « non » à une demande que vous auriez habituellement acceptée. Ne dites pas « non » sous le coup de la colère ou juste pour contredire l’autre, mais faites-le par amour pour vous-même. Choisissez une chose à laquelle vous diriez difficilement « non » en temps normal, et prenez conscience du fait que c’est le meilleur choix. Soyez clair et cordial. Inutile de vous justifier. Dites-le le plus simplement possible. Cela peut par exemple être extrêmement libérateur de dire « non » à une habitude fixe. C’est toujours vous qui mettez les enfants au lit ? Passez votre tour, pour une fois. Vous faites toujours le thé pour vos collègues ? Qu’un autre s’en charge aujourd’hui.

Récompense
Dire non à une tâche que vous auriez normalement réalisée est le signe que vous reprenez le contrôle de votre conscience. Vous vous libérez également du temps pour vous. En disant « non », vous vous autorisez à dire pleinement « oui » à vous-même et aux autres, et plus seulement par devoir ou obligation.

5. ACCEPTEZ VOS MAUVAIS CÔTÉS

Perception
La plupart d’entre nous ont l’autocritique facile et prêtent bien trop souvent l’oreille à cette petite voix dans leur tête. Il est toujours très facile de trouver une raison pour laquelle nous ne sommes pas assez bons, beaux, intelligents, musclés ou drôles, et nous sommes capables de passer notre vie à chercher des preuves de ces prétendues insuffisances. Or, à force de chercher, on finit inévitablement par trouver. Le cerveau est programmé pour toujours voir le négatif en premier. À l’origine, cette prédisposition était très utile : les choses négatives peuvent représenter une menace, tels des animaux dangereux ou des personnes peu fiables. Mais, dans notre société moderne, il n’est pas bon de ne voir que des dangers partout. Se délivrer de cette petite voix souvent trop négative peut être libérateur.

Action
Écrivez dans l’espace ci-contre toutes les qualités que vous appréciez chez vous. Immergez-vous complètement dans cet exercice et savourez-le. Vous avez inévitablement d’innombrables traits uniques et personnels qui font de vous la personne que vous êtes. Notez ensuite, en face de vos qualités, tout ce que vous n’aimez pas chez vous. Soyez dur envers vous-même et déballez tout ce que vous avez sur le cœur. Nous avons tous nos mauvais côtés, alors soyez honnête. Prenez ensuite le temps de vous asseoir et de comparer ces deux listes. Laissez-vous pénétrer par tous les points que vous avez énumérés. Cela prend du temps, mais il est important d’apprendre à chérir et à apprécier vos traits de personnalité, les bons comme les mauvais. Après tout, ils font de vous celle ou celui que vous êtes. D’ailleurs, il n’est pas interdit de rire pendant cet exercice !

Récompense
Chris Baréz-Brown explique : « Si vous acceptez vos traits négatifs et prenez conscience que vos erreurs et vos manquements sont précisément ce qui vous rend humain, votre petite voix finira par se taire. Vous devrez probablement réitérer cet exercice avant d’y arriver, mais le jeu en vaut la chandelle. Comme George Orwell l’a très bien dit : “Le bonheur ne peut exister que dans l’acceptation.” »

Texte : Anne Pek

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis !
Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Newsletter

Restez au courant des nouvelles parutions de
Psychologie Positive