| Publié le 11 juillet 2018

La fierté selon Charlotte Valandrey

La fierté selon Charlotte Valandrey

1 min de lecture J’ai beau avoir de plus en plus confiance en moi-même, l’estime de moi n’est pas encore mon fort !

J’ai des tout petits moments de fierté lorsque je réfléchis ou repense à une situation. L’autre jour, je marchais dans la rue et je me disais que j’étais quand même une guerrière. J’étais fière de m’être sortie par moi-même des épreuves auxquelles j’ai survécu et d’être aujourd’hui dans une certaine simplicité. Cette émotion n’est pas innée chez moi et pourtant, j’aimerais arriver à être davantage fière de moi. C’est certainement culturel.
Ma famille n’a jamais été fière de moi ou, en tout cas, ne l’a jamais verbalisé. Quand j’ai tourné Rouge Baiser, mes parents ne m’ont jamais félicitée ni même dit que c’était bien. Étant donné mon passé et ma séropositivité, j’avais très peur que ma fille fasse les mêmes erreurs que moi, qu’elle ait une sexualité trop jeune, avec les mauvaises personnes. J’ai été très fière qu’elle se préserve et se respecte en tant que jeune femme, et peut-être de lui avoir transmis ces valeurs.

Propos recueillis par Bénédicte Bortoli / Photo : Nathalie Jouan

Vous avez aimé cet article ? Partagez-le avec vos amis !
Share on Facebook
Facebook
Share on Google+
Google+
Tweet about this on Twitter
Twitter
Share on LinkedIn
Linkedin
Newsletter

Restez au courant des nouvelles parutions de
Psychologie Positive